Sasseville. - «Taxi»


« Taxi »


Parle-nous un peu de cette chanson.

Cette chanson-là part d'un flash que j'ai eu à un moment donné quand j'ai pris un taxi un peu, beaucoup en boisson... Parce que, quand on prend un taxi dans cet état-là, on a tendance à jaser pas mal et ça arrive qu'on se mette à raconter nos vies au chauffeur qui s’en fout probablement, mais embarque et nous laisse jaser. À partir de ce moment-là, j'ai eu l’idée surréaliste de pouvoir revisiter nos vies, nos moments forts, nos moments difficiles, nos hauts et nos bas avec un taxi, comme si c’était une machine à remonter le temps. Nous mettre à raconter nos vies comme ça à quelqu'un qu'on connait pas c’est thérapeutique, même si on s’en rend pas trop compte! Et croyez-moi parce que j'suis barman et que j’ai souvent fait mon psychologue amateur à écouter les autres me raconter leurs propres histoires! Pi avec le contexte de la pandémie, je trouve que c’est un bon moment pour sortir une tune un peu nostalgique comme celle-là. Les temps sont durs, mais ça aussi un jour ça va être derrière nous! Mais pour revenir au concept de Taxi, j'me disais que ça serait l’fun de pouvoir dire à un chauffeur de taxi : « Hey, apporte-moi à tel ou tel moment de ma vie pour se les repasser et, au final, grandir de ça ». Donc, voilà, c'est l’idée un peu weird derrière l'histoire de notre nouvelle tune « Taxi »!


J'ai dit au chauffeur de Taxi, emmène-moi où mes souvenirs sont enfouis.

Quel est ton processus créatif quand tu composes une chanson? Est-ce que tu commences par les paroles ou par la musique ?

En grosse, grosse majorité, je commence par les paroles. Souvent, je m'inspire de ce qui m'entoure, de ce que je vois, des conversations que j'ai. Au début, ça peut être juste une phrase, je la prends en note dans mon cellulaire et souvent c'est par après, dans mon lit avant de dormir, que je reprends la phrase et j’écris tout ce qui me passe par la tête par rapport à ce sujet-là. Ensuite, je coupe dans le gras ou j'ajoute des idées. L’étape d’après, c’est de prendre ma guitare et de trouver les accords et les mélodies qui vont bien avec ces paroles-là. Mais, à ce stade-là, je me garde encore la liberté d’interchanger des lignes, de rajouter des choses, d'en enlever. Le texte peut constamment évoluer jusqu'à ce qu'il soit enregistré pour de bon. Ça m'arrive aussi quelquefois qu'une mélodie me pop dans la tête comme ça avant d’avoir écrit les paroles, et quand ça arrive je me dépêche de l'enregistrer sur l'application dictaphone de mon iPhone et je l'envoie au guitariste du groupe pour qu’il me trouve des accords qui marchent avec ça, mais ça c'est plus rare.

Une fois qu’on a une version acoustique assez structurée, là on passe en mode composition de band. Parce que depuis le lancement du premier EP en 2018, j’ai monté un groupe pour faire des shows avec des amis (Pierre-Luc Chabot, Cédric Chabot et Francis Boulanger-Côté). Je montre aux autres ça sonne comment histoire de les inspirer un peu et ensuite tout le monde embarque sur son instrument et on jam. On se donne ensuite nos commentaires sur ce qu’on a aimé et ce qu’on a moins aimé, et nos idées pour améliorer l’atmosphère sonore qu’on est en train de créer. Généralement, c’est pas très long avant qu’on obtienne une version intéressante de la chanson, mais c’est là qu’on arrive au moment le plus difficile et le plus long de notre processus de création : trouver quoi ajouter ou quoi enlever pour la perfectionner.


Emmène-moi quelque part, j'veux vraiment tout revoir. Je sais pas si y'est trop tard? J'veux juste avouer mes torts.

Depuis combien de temps tu composes? Ça part d’où tout ça?

Mon amour pour la musique part de y'a très longtemps! Mes parents ont des vidéos de moi où je chante des tunes de Laurence Jalbert, Jean Leloup, Laura Fabian, Eric Lapointe. Je tripais déjà vraiment sur la musique. Du plus loin que je me souvienne, la musique a toujours été ma plus grande passion. À l'adolescence j'ai eu une passe plus dure un peu... J'ai commencé à jouer de la guitare électrique parce que j'écoutais beaucoup de black metal avec ma gang d'amis de Val-d'Or, les mêmes avec lesquels j'ai eu un groupe de black metal, d'ailleurs, mais c’était très basic et on n’a jamais rien sorti, heureusement! Au fil du temps, j'ai jamais perdu de vue cette passion et j'ai toujours su que je voulais faire de la musique, mais je savais pas trop comment m’y prendre et je savais pas trop quoi dire. Je pense que ça prend une certaine maturité pour s'ouvrir et mettre en mots ce qu'on veut vraiment dire... et faut croire que je n'ai été mature qu'à partir de ma début vingtaine parce que c'est là que j'ai commencé à vraiment me mettre à la composition! J'ai ressorti ma guitare sèche et j'ai commencé à en jouer sérieusement. C'est ainsi que quelques années plus tard, j'ai un EP de sorti et un groupe de créé avec lequel on a l'intention de faire plein de tunes que tout le monde va entendre partout!

Qu'est-ce qui s'en vient pour Sasseville. en 2020?

On vient de sortir un nouveau single, c'est la première chanson qu'on vous présente en tant que Sasseville. version band, parce que, bien qu'au début je suis parti solo, les gars qui sont rendus avec moi font maintenant partie du groupe à part entière. On est présentement en studio pour sortir notre premier EP en tant que groupe, ce qui a nécessairement marqué notre son puisque tout le monde participe à la composition. On espère pouvoir le sortir d'ici la fin de l’année, mais le Covid-19 nous a retardé un peu comme tout le monde, mais on a quand même fait beaucoup de préproduction pour perdre le moins de temps possible et pour être prêt pour notre entrée en studio. On prévoit aussi faire un vidéoclip, filmer des sessions live aussi et plein d'autres choses, on n’est pas près d’arrêter!


- Alexandre Sasseville Sasseville.


Écoute la chanson: https://li.sten.to/AEG0ctU

Voir le vidéoclip

  • Black Facebook Icon
  • Black YouTube Icon
  • Black Instagram Icon

© 2020 La-Boite.co

© 2018-2020 BookTonArtiste

La première agence de booking d'artistes en ligne au Québec!